0 370 minutes 3 mois
Spread the love

Initié depuis 1962 par des femmes militantes, la journée internationale de la femme africaine, est célébrée le 31 juillet de chaque année, l’occasion pour les mouvements des femmes africaines de discuter sur les problématiques liées aux conditions de vie des femmes sur le continent. En Guinée pour sa première activité l’ONG LES ICONES a réuni ce samedi à l’université mahatma Gandhi des jeunes autour du thème la femme face à son avenir.

Pour son allocution MARIAME SIMO SYLLA journaliste et présidente de cette ONG nous explique : cette initiative de conférence sur le leadership féminin est partie d’un constat, nous remarquons qu’il y a beaucoup jeunes filles très intelligentes mais qui n’arrivent pas à valoriser leurs connaissances, c’est pourquoi nous avons décidé d’organiser cette activité afin de les orienter sur les modèles de réussites féminine et comment planifier la vie. Dans le même lancer elle enrichit en disant « ces femmes qui sont très intelligentes mais n’arrivent pas à mettre leurs potentialités en valeurs par ce qu’il y a des hommes qui les blocs donc le message sont que les femmes doivent se battre et aimer ce qu’elles fondent» conclura-t-elle…

Dans le même ordre d’idées Mafoudia Bangoura chroniqueur sur les Grandes gueules et conférencière de circonstance n’a pas oublié se rappelle les raisons de cette rencontre en ces mots : nous sommes dans un monde où le leadership et très demandé, les femmes que nous sommes doivent s’adapter pour faire face aux défis qui se présentent à nous car il y a cette injustice sociale qui ne nous arrange pas, donc nous devons pouvoir mettre de notre tout ce qu’il faut pour trouver notre voie mais ça passe forcément par la formation, la compétence, c’est important d’échanger sur une thématique comme ça par ce que par moments c’est comme si on était perdus par rapport a beaucoup de choses mais lorsqu’on se retrouve, on échange, on se donne des idées ça nous permet d’être mieux situé»

ALY BANGOURA